Outre-Mer - Publié le 29/08/2023

Fin du programme FEDER CoCoPniger à La Réunion

Par Pierre-Emmanuel BASTIEN - Groupe Chiroptères Océan Indien (GCOI), relecture Sarah Fourasté (GCOI) ; crédit photo : Gildas Monnier

Sur l’’île de La Réunion, les chauves-souris sont les seuls mammifères terrestres indigènes (présents avant l'arrivée de l'homme). Parmi les 3 espèces décrites à ce jour figure la Roussette noire. Cette espèce endémique des Mascareignes est de loin la plus grande chauve-souris de l'île avec son mètre d'envergure et un poids moyen de 540g.

Sur l’île sœur qu’est l’île Maurice, la Roussette noire est accusée de détruire les cultures de producteurs de fruits. Pour faire face à cela, plus de 50 000 individus ont été abattus entre 2015 et 2018 sur ordre du gouvernement Mauricien (soit près de 50 % de la population recensée en 2015). Il s’avère pourtant que les Roussettes ne sont responsable que d’une partie minime des dégâts observés et que cette réduction drastique des effectifs n’a pas fait diminuer les dégâts sur les fruits. Le contexte à La Réunion est tout autre puisque l’espèce avait disparu de l’île à la fin du 18ème siècle pour s’y implanter de nouveau naturellement au début des années 2000.

Depuis 2017, le GCOI mène un suivi régulier de cette jeune population dépassant tout juste les 200 individus. De 2020 à mai 2023, l’Union européenne et la Région Réunion ont accompagné financièrement le Groupe Chiroptères Océan Indien (GCOI) dans le cadre du programme FEDER « Connaissances et Conservation de la Roussette noire – Pteropus niger – à La Réunion (CoCoPniger) ». Ce programme s’est inscrit dans la continuité de ce qui est fait depuis 2017, ceci afin d’améliorer les connaissances sur l’utilisation du territoire par la Roussette noire, notamment en tentant de déterminer les interactions de l’espèce avec les cultures fruitières mais aussi avec les zones relictuelles de forêt préservée. Pour se faire, 8 nouvelles balises GPS ont été déployées sur des individus adultes. En plus des géolocalisations, les balises collectent des informations comportementales précieuses (données inertielles en 3 dimensions) dans un objectif de caractérisation des comportements. Dans le cadre du projet FEDER CoCoPniger, le GCOI a réalisé une mission d’observation sur des individus d’une espèce proche (Pteropus lylei) en captivité, au Parc zoologique Biotropica (Val de Reuil). L’observation des comportements simultanée à l’enregistrement des données inertielles à permis de construire un modèle de classification supervisée des comportements en fonction de variables explicatives. Ce modèle pourra ensuite être utilisé pour analyser les données inertielles acquises par les balises déployées sur des Roussettes noires en milieu naturel à La Réunion afin de déterminer, in fine, sur quelle essences d’arbres sont enregistrés les comportements d’alimentation et pouvoir ainsi décrire le régime alimentaire de l’espèce au cours de l’année.

En parallèle du travail de terrain, nous avons rédigé deux documents techniques. Le premier visait à étudier la faisabilité d’un marquage individuel des Roussettes dans un objectif d’acquérir des informations sur la structure et la dynamique de cette population. Le second est un document stratégique se voulant opérationnel en cas de déclin avéré de cette petite population. Il a été réalisé en partenariat avec l’ensemble des partenaires (institutionnels, techniques, scientifiques) concernés de près ou de loin par l’espèce sur l’île mais également avec des partenaires internationaux confrontés à des contextes similaires au sein des océans Pacifique et Indien.

En parallèle, nous nous sommes attachés à rencontrer et sensibiliser les acteurs de la profession agricole afin de recueillir leur ressenti et d’apporter les éléments de connaissance actuels.

Pour en savoir plus sur le travail conduit à travers le programme « FEDER CoCoPniger », nous vous invitons à vous rendre sur notre page web ainsi qu’à prendre connaissance du communiqué de presse ci-dessous.

À travers les Fonds vert nous allons poursuivre le travail de recherche, de veille et de médiation par la pose de nouvelles balises GPS, la réalisation d’outils cartographiques à destination des partenaires et des actions de sensibilisation. Affaire à suivre…

 

Avec le soutien financier de l’État au titre du "Fonds vert - France nation verte".